Trazegnies fut le siège d'une seigneurie puissante et indépendante à la limite du Duché de Brabant, du Comté de Hainaut et de la Principauté de Liège, ainsi que le berceau d'une des plus illustres familles d'Europe.Plusieurs seigneurs de Trazegnies participèrent aux Croisades, l'un d'eux fut connétable de France sous Saint Louis, un autre épousa par procuration au nom de Charles-Quint l'Infante du Portugal, Jean III fut nommé Chevalier de la Toison d'Or, d'autres furent investis de hautes fonctions par les gouverneurs des Pays-Bas.


La maison de Trazegnies possédait un château digne d'elle. De la demeure fortifiée construite par Gilles 1er, il subsiste les caves romanes, témoignages rares du XIème siècle.

Le château fort fut saccagé et incendié en 1554 par les troupes du Roi de France Henri II. Au début du XVIIème siècle Gillion-Othon de Trazegnies fit ériger le splendide corps de logis, joyau du château actuel et document presque unique en Belgique de l'architecture de style Louis XIII.

A la mort du dernier marquis de Trazegnies, le domaine passa à sa nièce puis à une société charbonnière qui le morcela avant de le vendre à des particuliers qui, à leur tour en 1913, le cédèrent à l'Etat.En 1922, la tour d'angle s'écroula, ne laissant ainsi dans son soubassement que la cave gothique En 1926, le château abandonné, tombait en ruine et l’on parlait de le raser après l’avoir photographié. C’est alors que se constitua, à l’instigation de l’architecte Marcel Simon, l’association « Les Amis du Château de Trazegnies » ayant pour but la restauration, la conservation, l’entretien et la mise en valeur du monument ainsi que son parc. En 1972, le ravissant châtelet d'entrée qui menaçait de s'écrouler a été parfaitement restauré.

Une campagne de fouilles financée par la Région Wallonne et qui s'est étalée sur trois ans; 1997-1998 et 2000, a permis de situer le fossé   de défense qui longeait la courtine médiévale et la présence d'un mur d'escarpe, de retrouver des bâtiments d'angle et de mettre à jour un système de défense assez inédit au pied du châtelet.

En 2002, 2003 et 2004, d'importants travaux de restauration et de consolidation du châtelet d'entrée et de l'aile Est ont été réalisés;             ils avaient également pour but de réhabiliter le bâtiment dans l'objectif de lui assigner une vocation culturelle à l'échelle de la région.      Deux nouvelles salles modernes et la salle du châtelet, dont le volume est ouvert jusqu'à la toiture, se prêtent fort bien aux expositions         et aux manifestations culturelles. Si toutes les structures anciennes ont été restaurées dans le respect de leur authenticité et de leur intégrité, les éléments nouveaux de remplacement ou ajoutés ont été traités selon un dessin et un concept d'aujourd'hui.

Le nouvel aménagement complet du parc réalisé en 2004-2005 lui donne un lustre qu'il avait perdu depuis le XIXème siècle. Les vestiges des fouilles ont été matérialisés au sol; un chemin de promenade en dolomie suit le tracé du fossé sec, qui entourait le château et l'enceinte primitive du XIIIème siècle, est signalée par une haie de hêtres. Un platane tricentenaire, classé arbre remarquable de Belgique, domine      la cour d'honneur.

Début 2015, un vaste chantier de restauration a débuté dans l'aile Louis XIII, toutes les salles du premier étage ainsi que la Chapelle Saint Laurent ont été rénovées. Il vient de s'achever au printemps 2016.

 

Les visites guidées du château se font à 15H, tous les dimanches et jours fériés durant toute la saison touristique, du 1er mai au 30 septembre fériés. La boutique du château et son bar vous accueillent de 14H30 à 17H30.

Vous partirez ainsi, accompagnés de nos guides, à la découverte du château, sa cave gothique et romane, ses salles prestigieuses                   et son parc magnifique.

 

Le Château de Trazegnies reste là, debout, malgré toutes les mutilations subies, témoin d'un passé prestigieux et fidèle à sa devise " Tan Que Vive".